(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Extraict de textes des saincts canons pour la défense de la juridiction spirituelle du chapître de sainct Malo, contre un des factums de Monsieur son évesque"

l EXTRAICT..DE TÉX X.%L; 

des Sainds Canons, 

four U defcnfe de la lurifàicîkn fffiritHelle du Chapitre de fainB 
^ I Mdo , contre njn des FaSîams de Monfieur fon Euefoue. 

PREFACE. 

,^ Es InftrudionsfecrettesqueMorrfieurrEo'efquefait courir 
's^^ contre fon Chapitre, font lefuietdecct efcric. Si les deux Fa- 
<^ ftums qu'on en diftribu'é , font conformes à celuy qu'on a vea 
fjp. autrefois ,ouauxefcrituresquefesAgensontproduit;ils ne 
ïï^; peuucnt faire aucune équitable impreflïon de iuftice contre 
le Chapitre. Le Fa6lum du Chapitre auec fon Appendice f^it aflèz voir ce 
quicneft. 

Entrelesrufes malicicufes defcs Agents, en ce procez, ( le Chapitre 
ne veut rien redire d'vn gros nombre d'a£tes &, pièces qu'il a produit, 
qui font voir pleinement & naïuement la iuftice de fa caule ) celie-cy eft 
fortremarquabkjque, quoy qu'on les ait preirezderefpon<ire àl'Arrefl: 
du Confeildu Roy,dônédcsi3 5<î.qui cflauD de la produ 61. du Chapitre, 
ils n'en ont cfcrit aucune chofc. Toutes les demandes de Monfieur l'Euef- 
que pourle temporel y font ii expreflement condamnées, qu'ils ontcfti- 
mé plus auantagcux de s'en taiic, que d'entreprendre d'y contredire. Ils 
y ont veu qiicle Chapitre, pendant le temps que l'Eucfqueeftabttntdela 
cité & port , auoit toutfcxercemefit de U iurifdiHioTJ. çfr f adminiflration de 
toute la chofe pnhlifftede ladite cité çfrpert , &c qii'il y a efté maintenu quoy 
qu'on alléguait pour Monfieur l'Eutlque. il y a ipo.ans que le Confcil du 
Roy a iugéabfolument, fans exception quelconque, que, r£«f/"^Hf ^ty?»t 
àelacitéfjr pcrt, le Chapitre auoit rowr t exercement > &c. & l'adminijlratie». 
de toute, &c. Etcéc Arrcft aefiéfuiu.y fans interruption aucune; {confuetH- 
do optima IcgHm inteyfreSjdecretnL v. T'it. ^. Cum dile^us) Se maintenant, 
contre ce: Arrell du Confeil du Roy, on veii't que' le Chapitre, fEaepjue 
abfertt de la cite ç^ port ;,n'ziK pas- tout V exer cernent de laittrifdtEiion deUcitê 
effort. C'eft le i . Chef. Par cet Ai'reftJ,' le Chapitre vl'Euefque abfent , a 
toMtiexercement, &Cc. & l'admiKiJlratioK de tonte la cPjofe publicjue : Auec céc 
A rrefl; comment peuts'accomoder de fa :re les luges alternatiuemen t.'i'E- 
iiefqueprefcnt doiuîe lesoffitcsaueclcs Chanoines à comKiunes voix de- 
dans le C!iapitre,6c prefentqu'il acfté dedans laVille, n'aiamaisentre- 
pris de les conférer autrement ; Et lors qu'il eft abfent le Chapitre afojMf 
i exerccmentde la ihrifdiBioK c^ fadminifiratioti de toute la chofepfiblit^ne: par 
quelle voye Monfieur l'Eucfquc peut il prétendre de conférer les offices 
alternatiuementtc'eftlez. Chef. Cet Arreftporte que le Chapitre, l'Euef-, 
que abfent ^atoutVcxerccment delaiunfdtElionde laviUe çffdupoyf, Sccomi. 
jnent peut- on prétendre que Monfieur l'Eise'fque prefent ou abfent, aura' 

A 



I 




t 

iiuirdiôion â pa'rt ; C'cftlc 4. Chef. Cet Arreft f^it voit queMonficprl^- 
Hefque n'a , dedans laville & porr, aucune iurifdiâ:tori, (crgneuric ncficf à. 
part : d'oi^ptçtcud iMopc des lpds& ventes îpart? Ccftie j. Chef. 

On fait vne belle mfta^ce pour le i. Chef, c'cft que quelques Euefques 
ont donncquelqucsprouifipns d,'officcs pendant le temps qu'ils eftoient 
hors de la ville & du port. Ces entreprifes eftoient contre l'authorité de cet 
An çftjauffi aucune de ces prpttilions n'a eu effejt,comme l'on a fait voir de- 
dans' le prqcez. Mais çncore : fi cette iuftance cft bonne , on s'cft mefpris 
quand on à demande l'alternatittc fciïlement'. les Eucfqucs n'auroient qu'à 
fortir de la ville & du port pour tout faire. Tout celi n'cft pas moins op- 
pofé à cet Arreft du Confeil du Roy ,queics ténèbres i la lumière. 

Ceprcfcnt efcrit s'attache particulièrement au Fadum qui cft plus ex- 
près pour le j.Chef.qai eft delalufticcfpirituelle, qui appartient au Cha- 
piçrç,C:atoutclaville,rEucfqueabfcnt.'Siïrcfa(3:umlàcft conforme aux 
.difcoursdel'Authcurfaitdeuant Nofl'cigneurs du Confeil CommiiTaircs 
pou.rvoiiceprc^cz.toutesleapropofitiôsquiy font, ou font faulTcs abfo- 
•luïECOt, ou ne foAt point cotre le Chapitre. ;On ne les a peu marquer com- 
me elles font là, pour ce qu'on n« les a peu voir ny en fcauoir l'ordre. Mais 
on verra fi manlfeftement icy les veritcz pour le Chapitre , qu'on iugcra 
très aifénicnt, que leCompoûtcnr.dc cette piççcU, atrcs-malemployi 
jes belles choies qu'on y peut dir,c.>Kh-ion?oi;> .-.■/'.'j iiibîT inv, i."':v jïi 

Sii^mre'Si ^que hs Euejques peun^nt auoir iurifâiélton comme 
''""1 ■■'■ $pif^ppaleen quelques lieux 4elctirs Dloceps. 

- nv- in-j ?.. 'tro .r C H A p i t R S' ";F.' ' 

'XEVAgcntsdj^Monfieut l'Eue fque appellent cettclurifdidionincom- 
'jLmunicable.&.ïmpj:çfcriptib'le,& difent que les Cha.pitrcs n'en font pas 
capables. Ceux du Chapitre ne fçauent en quelle h<^oa le Faftum en par- 
.lerMaisl'AuLheurena parle deuaHtNoflcigncufs du Confeil Commif- 
faircs, en telle forte, qu'on peut divcquc telles paroles ont fort y de fa bou- 
che Les fainds Canons font tres-manifeftemcnt voir que les Papes ont 
donne à pluficurstellcs iuiifdi^ftions qu'auoient les Euefqucs enplufieur» 
liciix.dcdanslefqueisil$l'auoicnt auparavant. On ylitqucles Eucfques 
Vf u!qent donner tels pnuiiegcjs enleurs Diocefes,.& que la Couftuuie fait 
îeijnçfjne.L'Autheurdu/a^umaparlédesprelcriptions & cxemptioiw, 
roQifljevnhcraroc qulncTçaic quc'c'cfti 

^^ele PaHPettt donner IitrifdiSiion comme Epifcopaleà des Dioçefains, 

.^■^j^xxo'^i-.^Ciiié'Ms exempter de celle de CEue^que. §. i. 

".".'^jES priuileges de cette forte font fcnfibles dedans la plus grande partie 
x3e$ plus notabkf Egllfcs du monde. LesDioccfes &lcs Parroiflcs font 
éfiablJesparrEglife-.icsfainds Canons le font voir à qui veut lire Et les 
Papes qui ont fait ou, authotifé tel cftabliflcmcnt, en ont toufioursdifpofc 
comme ils ont iugé raifonri^blc & expédient. Les priuileges donnez font 
loy dedans les fainûs C»nofls. Le Confeil du Roy.ny fcsParlcmcns ne 



3 
fouffrent point qu'on en difputedcuant eux , & ne leur en faut point citer 
lacaufep. du Décret tj. j. ry aucun autreJieudu Droid. 

^ue les Eucjcjrées pctiuent validement donner leur îurifdiBion en des 
Egiifcs dt leurs Viocefa . § . i . 

D E D An s le décret \6. ^. i.c. 9. Perttetitt , le PapePafchal cfciit Vi- 
£lon Ep'fcopo Bonanieyiji'i &c luy dit quM s'cftône fort que certains Moines &c 
Abbez s'airogeoiéc les droi6tsEpi(copaux & offices en fon Diocefe,^,*»/- 
tentium &cc. décima (^ Ecchfî.îs. Voicy fa raifon , Car» ahfcfueft-oprij Epijlopi 
licentia j V e l tyfpeftolictt fedis auBaritate hoc nallatenns précfumere de- 
béant: Parce, Vel, lePape fait pleinement voit que les Eueiques peu- 
uentce que le titre de ce §. porte. Et les Glofesfur ctt mots, Epifcopaltaiu- 
ra, difent que les Religieux nepeiiuent les vendiquer, A''{/('[ i!la'\pr£fcn- 
fferint, &c renuoye àce qu'il en eftdit au 1. 2. des DecretxL tic. i6- Depr£- 
fcript. c. x'^.Atddttii. 

Dedans le décret iG.^ ^^c.'Vifis^t Papercfcrità IfaacEucfquede Syracu- 
fe, 6i ordonne que les Eglifes données idcsMouies, (pUno iurgij/ucad /pi- 
ritttaliadr temporalia ,com\.wt\cs Glo(es recunnoiffent ) k fii»6iiiConctlii( 
CAthclicifijue É F t S c o p i s , !enr demeurent abfolnment. Et veur mefmc, 
eos^tlUrum Innefitroresfieri ,<\\ùt:.^ ,y eflabiir dts Preftrcs , contrela pré- 
tention des fucceircuis Eaeiqi.ies qui y en vouloient mettre. 

Et ce qu'on lu lur la findecec.de lacorrcdtion par l'Euelque '-,51 contra 
facerdotiiim agere prAfMmpferint , n'eft autre chofequ'vne expreflîon de ce 
que le Pape, plus obligé en tels cas à veiller pour ia difciplinc, veut eftrc 
fait, & en parler autrement c'eftaccufer le Pape de fe contredire. Aulîîla 
forme de cette coiveôiiou, /ta tamen vt!udtc!oSynodi,&cc.ùnh\cn voir que 
l'Euefque n'en cft pas le maiftre. En telles occafions le Concile de Trente 
du que les Euefqucs agiront frfK^«dw delegati a fede Apo^oltcu. 

Au 1. 3 . des Dfcr^M/. tit. i6 . De Religicjis domihfit c.6. Cenfiitutus ,\cPa.^e 
Innocent m. refcrit à l'Abbé & Frères Cryptx FerrAt£^{ct futfurlaplain- 
tederEucfquccontreces Religieux là,quincluy obeifloicnt pasdedans 
vneEgIife/î(c dedâs fon Diocele. Et après auoirefté info: me par leur Pro- 
cureurqu'ils n'y eftoient tenus en façon quelconque ) & ayant dit, Càm 
dominm Lauitanus Epifcopus , quifuerat Epifcoptts Albanenfis j ( c'eft le nom 
du Diocefe où cette Egiiie eftoir ) -ywraeTyi^ Ecclejtas ad veflmm Monafle- 
rtumperiiiierites , in Diocejîeiusjîtas , ^ Qv i CQV i p 1 VR i S > tam in t-^o- 
■najierio veftro , q:itim ineum hahebat in emphyteufim conceffit , les afTeurade 
tous tels droits, Scieur ordonna de ^^^yet cenfum annunm , qu'ils auoient 
accorde à l'Euefque pour reconnoiflance de telle grâce , & déclara que ce 
trai(5l:é n'efloit point condamnable de (îmonie, quoy qu'en euft dit l'ccco. 
nome de l'Eiielque. 

Au 5 . 1. des Décrétai, tit H.Depriud. & e.vcejf. priftil c- 1 4. Citm olim, le 
mcfmc Pape refcrit , Epifopo Colubrien. ( ce tut iur le trouble fait aux 
Prieuré: Chanoines Sanil* Crncis) 8c\uy d\z {itperpriuilcjits omnibus <^ 
libertatihm cjha à Romanis Pontificibus , V e l ^ ah M- quondam Colithrienfi Epi- 
fcopc&ccLiXe. Pape fait voir qucics Euefqucs peuucntdonncrpriui)cge& 
libcrté.Et file Pape ofta à ce Prieur 5c Chanoines Jcspriuileges& liber tcz 

A ij 



iatt 



qu'ilsaiioieatderEiierque, ccncfut pas fur nucun défaut depoauûir dt 
l'Èuerque ; mais par ce qu'ils les aiioicntobrcnns fer extorfcf:em , far fov^ 
ce, Piiuilege fur piiuilegc , liberté fur liberté, pour plus grande aiïcu= 
rance. 

Aul. i.duScxtc m. 1 3. Deprafcript.c.i.EpifcopumAe PapeBoniface Vfll. 
cfcrir qu'vn Euefque,(lachefecftfaite là générale en ces paroles, «^îw Hcet 
et ejfii rem prdfcribit Ecclejtaj1icam,^c,)i:\m prétend prefcrire desdixmes& 
des Egliles dedans le Diocefe d'vn autre ,cft. obligé d'en monftrer le titre, 
Kifi tanti iemporù prajcriptio allège sur ^ cuins contraria memoria non exiflat. 
Que les Glofes difeuc , oportet allegare ùtHlum , puta fi dicat Epifcopat 'Pi- 
Uaneti. cjnod Episcopvs Xaittonen. dédit iflam Ecclefiam Epifiopo PiBiiseen, 
&c. Ntfitanti temporis , Sic. 

L'Auiheur du i-adtum parlant deuant nos Seigneurs du Confeiî , cotta 
le c. Pa^toralii de donatienlb. l. 5. décrétai, tit. 13. 6i \z c. Ciïmvenerabilii 
de cenjtb. tit. 351. pour perfuader que les Euefqueî ne pcuucnt donner 
leurs droits de vi(ite, Cathedratianm , ou. Procure. Mais le contraire s'en 
peut inférer aifement .- Carie Pape ordonnant là que les Euefquesiouï- 
roicnt de tels droits, ne le fait qu'en la veue,que leurs deivanciers n'a- 
uoienc remis ou donné que dutcmporel. Et tant s'enfaut queiesPapes 
Eyentiugé , qneles Euefques n'aycntpeu remettre tels droits, que mef- 
nie, non feulement ils en ont aHeuré les donataires : mais encore ont de- 
ciavéquckiprefcription en eftoit bonne, comme l'on verraGy-dcfFous du 
c.Confii[utfis,&c autres §.3. 

LeLliapitrc n'apas inféré ce §. pourpcifuaderau Confeil que le fon- 
denicnideion Priuilcge , eftlc don de quelque Euefque : Mais pour faire 
voir que tel priuilegc auroit peu prouenir d'ailleurs, que d'vn titre du 
Pape. 

^^e la- Couftums^ donne lun/diêîion comme Epifccpak. %. 3. 

Au premier liure des Dccretales, tit }i. Deoffic Fud.ord c ij. Irrefraga,- 
^/7<,le Papelnnoc. m. après auoir recommandé aux Prélats de corriger 
leurs fuie t s, àn-.ExceJfm tame» Canontcorttm Catkedralis EccUfix, cjuiconfue- 
ttcTunt carrtgi per Capitulum , per ipjjtm » in illts Ecclcfiis > ^jui talcm hafie- 
nus confuetuàinem habuerunt j ad commanitionem vel iuffionem Epifiopi ^ 
corriganttir intratirminum competentem ab eo prafigendfiw : .j^UoijPtinextunC' 
EpifcopHs Dearn hubens pyif oculU , ipf»^ vt animarHm cura reqmrit , per 
cc'furoi EcclefiiifliCAs corrigere non pojlpenat. Là on void clairement que 
la coullumcdonr.cIunfdi<ftion. Et le titre le porte qui eiideofficioiad- ord- 
On y void que cette lurifdiii^ion eft comme Epifcopale, puilque l'Eucf- 
quc n'y peut agir immédiatement iiy en concurrenrc , mais feulement fur 
la négligence du Chapitre, & après en auoir donné auis. Oii y void en- 
coTe qucfui tel défaut & mépris de l'auis donné, l'Euefque n'y agit qu'à 
l'extraordinaire , perccnfiirM ,&■:■ qui eft agir comme le Pape veut. 

Auliurc 1. des Décrétai. Tn. ■>.. Deferocompetentic- i\. Ciim contwgat^ 
lemefmePape rcfpond à l'Euefque de Deauuais, qu'il a droit de corri- 
ger les Clercs defon Diocefe, fi le délit y a efté commis : Mais il adioute 
ntft farte ht quibiu deUnqHentcs ipfi dcfernlmt , (x indiélgentiA vel consve- 

TYDINE 




îxpofer dlarilec de cctix qui verront qu on y parie de foro , <\\.\ on y , 
qiiec'ell à lEuelquc, vtpote ordtHarium, &c qu'on y adiouftc parlant des 
Clercs ,jîfnper his impetH-.nure^Me intuanofcuntitr dixceji commififf'e, Nifiex 
indHlgCHtia. ( c'cft conceflîon on cure ) vel confuetudine , ôcc 

Au 1. i.des Dccrctales f»r. i;. De vffic. ^rchidiaconi c- lo. le Pape Ho- 
noriusIII. veut qu'vn Archidiacre exerce lurifdidtion, me(mc dedans des 
Monafteres & Abhaycs. fi de p^cifïcacoKfuetttdi ne confinent. 

Au 1.5. des Décrétai. Tif. ;i. De excejfib. Prélat, c. ii.AccedentibAc Pape 
Innoc. III. en plein Concile défend aux Abbcz, quels qu'ils foient, d'en- 
treprendre contre la dignité Epifcopalc, comme pour Mariages , Indul- 
gences , &c. N'ifijcrfan cj-^ifcjtiam eorum fpeciali coKc::JJii)»e vel alia legi- 
timacaHfafitperhfiiufmodtViiLaiit fe tneri. Et lur ccvela/ia, &c. la G lofe 
à\r.iVt conjHetudi»e recepta ^ui dat Inrtidi^ion:m. Ainfi ailleurs (ouuentde- 
dansie drouEt les Giolcs fur le can Con^uiflfis^.<j y fur le cfrre^ragabiU, 
fur le cCùm cowf/w^^rcy-dcfTus cottez, furie c. i'iUBide Arhitris,S<. antres, 
difent: Confuetudo dat lurifdtilionem, iX , tndutit frinilegium , Sc , parijjcatur 
prifiilegio, &, derogat iuri^ôcc. 

Enfin tous acquiefcent à ce qu'en dit le Pape Grcg. IX. au 1. 1. des Dé- 
crétai. Tit. 4. Dsconfuitudinec. n-Cùmtante\où il veut que la longue cou- 
ftumc ait cours, au preiudice dudroit poCiuf,JtfueritratioM/tbtlu& legi- 
■timèpritfcripta-ïLt les Glofes difcnt qucla Couftume efl: rai(onnable»«((?w 
tien improbant iura, & légitimement prefcrite , dont l'vfage , fans inter- 
ruption, eft de 40. ans.Les obieâ:ion$ de l'Autheur du Faftum contre cette 
partie paroiftront au c 3 . §. 1. & j . 

Si on peut ^rejcrire exemption de la Imifdiflion Epijcopaley 
^ U îurifdi^ion mejme. 
Chapitre II. 

L'A V T H EVB. du Fadum, en communication deuant nos fufditsSci- 
gneursdu Confeil, après aflez longues tergiucrfations fur ce fuict, 
cnpaflalesprefcriptions pour bonnes, o'Eucfquc contre Eucfque. Mais 
pour d'autres on pouuoit iugcr qu'ilcuft bien voulu n'en rien dire: Neant- 
nioinsconfentitqucdes exempts par titre du Pape, qu'ils monftrcroient 
s'ils en cftoient requis, ou duquel pour le moins eoncurreret ftima. , pou- 
uoient prcfcrire. "Toutcsfois , reduifant l'exemption & la lurifdiâionà 
robeïflance, vifitc & Procure, voulut prouuer qu'on ne pouuoit prc- 
fcrire ny l'vnc ny l'autre. Mais il faut croire qu'ilTentreprit de la forte, 
nepcnfantqu'auChapitr* qu'il ne veut point pafferpour exempt en au- 
cune manière. Quelque vcuë qu'il cuft , continuant monftra largement 
qu'ilyauoit plufieurschofes que la prcfcription n'emportoit point. Puis 
cita des Percs & des Conciles , fans manquer d'y mêler beaucoup de Ton 
propre efprit, dont les confcquences ne pouuoient eftre bonnes, que pour 
faire voir, (quoy qu'il euft accorde,) qu'on ne pouuoit prefcrireny exem- 
ption de lurifdnaion ny lurifdiâion d'Euefque. On a réduit ce qu'il en 

B 



6 

die, & on le fera voîr dedans les obiedtions qui fuiuent le'}. §. de ce c. Sr 
dedanscelles dii§. i. du 3. c 

(lue l'exemption de U lurifdiBion Epfcopnle eft pre/iriptihUt ■ 
C' lii ImiJâiBion mefme. §• i. 

A l'entrée de liCaufe \6. q. 5 . on lit , qmcL prafcriftioue temporis emnia iura 
tellantnr prolfdtpir afithoritate Calcedaneyifii Concilij . Gelasij Papit & ToletAni 
Coficilij. Et après cetteentréeon vient au détail des chofes qu'on prefcrit> 
& incontinent on void,dedansles4. premiers Can. quedcs Euefquesprc- 
fcriuent des Paroirtes dedans les Diocefes d'autres Euefques,& ainfi la 
lurifdiâion que d'autres Euefques y auoient eue, parla difpoluion du 
droit ; &c confcquemment l'exemption des peuples , de la lurifdidtion des 
Euefques, contre Icfquels il picferiuent, La q. 4. de cette CauTe traitç 
encores de ce /uiet. 

Au 2.1. desDccrccal. T'i^ 2.6. Depmf-.ript. (7.15. Anditis , le Pape Innoc. 
II I. veut qu'on adiuge ksParoifles tn valle de Hemfchdm à l'Abbé f/^wa- 
ittrc-j s'il a tout prefcnt, Et fur ce que l'on en auoit fait cognoiftre au 
Pape: iuy , addre/Tant fon mandement aux Euefques Helten. (^ Rofen. 
pour y voir Sceniugcr ,dcuança en quelque façon leur iugement par ces 
paroles , f^erùm tante tempore probantMr [ les ParoiiTes ] p e r testes ab 
^kbatibtii de Hettefchum pUna tnre poJfeJfA, vt vtdiAntur tn eis Epi/copate 
fus Ui^itimè frxfcripfjfi. 

Là meime au c. iS. Cùm olim , le mefme Pape efcriuant Epifcopo Lu- 
Céino , quitroiibloit l'Abbé & les Moines de S- Sauutur, de Fichetofuper 
plehe F dUma^anit q" "idtacentih Capellts, qui croient de fon Diocefe, Iuy 
mande qu'il ceiTe de troubler cet Abbé 5c Moines, e^nia pr^diBus Abbas 
fnfjîcienter o'}e)idit monafiertum futim ,ffiper iK(lttt4tionihné ^ defittutionihut 
fL'bani (c'cft le Curé) (fr Clericorum , Baptifmo çy- Pcenitentia i» leuiortbus 
culpis , [(pultHYin , dedma.rK>n perccptlone ac dtnim's ojjictis celehrandis , tant 
in : lebe cjuàm t» cxpelUs pritdtitts , tu excommumcando , c.tqtte interdicendo 
légitima pyfcriptione munitHm. 

L'.i melmc aux ce iv Ad -.^udientiarn , 14. Ci\m vobis , 17. Sidiligenti , 
&.ailleurs,le P.ipe admet les prclcnptions de 100. ans courte l'Eglitc Ro- 
maine. Et qui duoit que cela s'cnrend des chofes temporelles (eulemcnt, 
n-cdiroit pas aircz, parce qu'encore que tout le monde Ghredien Iuy foie 
indifpeidablciiicin fuiet , ncamiuoins on ne peut nier ablolument auec 
raifon, qu'il ncpuilTc donner quelque liberté» voire lurifdiftion (s'il ne 
l'adéi.i fait J dedans le Diocefede Rome . dedans I.1 direûion Ipirituelle. 
loiat à ce que lesExemptsde la luvifdidioi! des Enelques , font iuiets de 
l'Eglife Romaine, contre quoy il veut bien que les Euefques teprclcri- 
uent s'ils peuuent •, & ce fans turc, fondez qu'ils font ,pai le dioit com- 
mun, d'auoiclurildidlion fur tous ceux de leurs Dioceles- 

Au 1.3. des Décrétai. Ttt j6. De Religiofts domtbtts c.6. ConfiitutHs ^ le 
Papi- Innoc. lïl. efcrit à l'Abbé, & fiercsCry^;<e ferr^ifc , &dit, F'eritm etji- 
Ecclejia veflra fmjfet alt^Mando Ecclejix. Albu^ienfi fubteSia, Afonajlerittmve- 
prttm nihilominui légitima fepotcrat prxfçriptiçnt titfn t CHtn fer ^0, Annoi, 
iffim pacffuè pojfedijfet. 



"^^~~" 



7 
' timcfine au c. 8. Cùm ddeBus , le meftne Pape dit , tjHod ft Ahbof in 
exemptionis ( c'efl: le ritre ) frobatione defecerit , nec légitima fe poterit prt,' 
fcrifttonetneri, &c. Etplus bas ,Si vebis confltterit de excnptione vel legiti- 
/yjA priifcriptione , tam Abhatcm (juam ^onajlerium ab impetitione F.pifcopi 
^^/ô/wfinj. Ce c. fera veu plus au long dedans le §. qui fuie cectuy-cy immé- 
diatement. 

Au 1.5. des Décrétai. Tit.^^. De Prittihg- et" excejf. priuiLc. i^.CùmoIim ', 
le mefmePape ctcïii,CohbrienJt Epifcopo, ejftia pan SanBx Crxeis ksc pre- 
foriptioMe ,mc defenfîone alta , probattomhus cofjtrafe faElis obJiiterHt -y Et plus 
hzi ,cr tjHod in ea pojfejjione tandiH faerat libertatis, qtiod aliis etiam cejj'an- 
tièm pritfcripfijfet. 

Aul. i. AiiStxtc tit-i^.Ve pr^fcnpt- Cl' Epifcopum, vn Euefquc prefcrit 
contre vn E\ic(c[\.\c, Ecclejîas & décimas : ( efuoad proprietatcm & tiira Epi' 
fcepalia, difent lcslnterpietes& l'Autheur du Faduin nieime. ) Et ce fans 
titre ,jitanti temporis prdfcriptio /tliegetur, cuins contrarij memoriAnon exijlnt. 
Et la qualité d'Èuefquen'y fait rien. Cat vn Euefquc iure communi ivCz 
rien dedans le Diocefe d'vn autre, 3. q. 6. 9. q. 1. pac tout, i 6. q. 7. Omaes 
B'Hfilica, 18. q.i.MonaJhria, 1. }. Décrétai, Tit.19. De Parochiis cj. Sf $-. 
& cnpluficuts autres lieux du droit. Tout Preftre cft capable de telle lu- 
rifdiûion, &rAutheur duFaiftum l'auoiie. Quefi, par vn titre, vn Preftre 
pofTedoit telle Iurifdi6Vion , pourquoy nclaponrroit-il pasprefcrire î 

Cet Autheur, en cet aueu qu'il donna par deux fois deuant nofdits 
Seigneurs, ^tte tout Prefire ejloit capable de telle lurtfdi^icn , ne penfoit 
pasàcc qu'ilauoit efcritOLi fait efcrire, que les Chapitres n'en font pas <:apet- 
yies.Vn de nofdits Seigneurs luy donna moyen d'efquiuer, dilànt s'tU 
«efontexernpts- 

s'il f. Mit titre four frefcriïe la Ittrifdi[fion des Etiefqius, qad 
il doit ejîre. §. 2,, 

Dedans les Sain rsGanons, pojfijfo^r mald fidei non prafcrihit.'Le Ch.2.^\îxc 
anouë que les prefcriptions, hns iufte fondement , font iniuftcs en la 
perfonnc de celuyqui prefcrit; voire mefme des fuccelTcurs , fi la bonne 
foy y manque. L'Autheur du Fa6tunv maintient qu'on ne peut prefcrirc 
lalunfdiÉlionEpifcopalefans titre du Pape. Le Chapitre n'a pas bcfoin 
de s'en mettre maintenant en aucune peine, hors qu'il eft 5c au delà de 
la portée de l'acciifation, voire dufoupçon de mauuaife foy contre luy, 
puis qu'il a fait paroi (Ire Ton Priuilege de plus loin que de quatre ficelés j 
& qu'il en a produit vn lugement arbitral rendu dés 1459. par prcuue de 
lettres & ténioins.Ioint àcequ'il eft très- bien fondé,de croire que fcs de- 
uanciers n'ont pas prefciit Uns bon titre; , veu qu'ils ont leur priuilege 
dés le temps qu'on efcriuoit , dedans \ss traitf ez qu'on en a fait, Cùm Epi~ 
fcopum abejfe contigerit , &: qu'eftant notable comme il eft, on ne l'a pCi. 
ptcfcrire clandeftinemenr. Toutesfois il veut bien cxpofer deuant les 
yeux du Confcil , que cet Aiuheui" n'en parle pas comme il faut. 

Le Papelnnoc. III. au c. SidiUg^enti de prafcrtpt. traittant exptésdeiu- 
dicatft Ciii(/<2W^«o, fait la thefc générale pour ce qui eft du titre requis, SC 
dit, ^ia etiam t. &c. ciim îk prxfcriBtione nrttm Eçde^aflicamm èena fidfS 



s 

C^ififii'ts tittilus exijrantar- Et le Pape Boniface I. 2 .Sexti tit. 1 3 . Depnifènp, 
c i.Epifcopum , fin- le fuiec d'vn Eiiefqiic qui pretendoit , par prefcription, 
desEglifes & des dixmcs, dedans le Diocefed'vn aurre; faifaïuauffi la 
thefe générale, parle du titre en cette forte : Nam licet ei^uirem pr^fcri- 
hitEccleJtaj}icam,fifibi»on eft contrarinm ins commune ■, vel contra ettmvrx - 
fumft'io non habeatftr ,fi^jjiciat bonafiies ; l^bi tamen efiei nu cammuns cntra- 
rium , vel habetitr frafumptio contra ipfum , botta fi des non fufificit , fed eft nt- 
ccJfArim titulM tjui pojfejfori caufam tribune prafcnbendi. Le mcfmc Pape, 1. 
5. Sexti tit. 7. De priHtlegiis c- 7. Cùm perfoH£ , en parle de la mcfme façon , 
fans exprimer ny du Pape ny d'autre. 

Le premier de ces deux Pontifs auoit dit , iufifis titulus:Cettuy-cy a dit, 
^Hifaltem caufam tnbuat prafcribe»di,&cna pas dit /«y?«^j comme l'autre. 
Surquoy lesGloltsdifenr,A'û» enim re^uintur <)uhdfit iujius vel t/ilts c^hî 
dfimiyiiKmtnhuat : 5c citent le c./^f »/<?/?/ , De prafiript- & en rendent cette 
raifon, prile du tare Defide infirum. c.Int.erddeEios% Ctcterum, £>»ia ijuoà 
femel metim efi, ex aliacauf^t meum fieri nonpoteji. Puis difent , Tanins pra 
tanto dtcitur influs ijHta dat CAi'fam pricfcribendi , licèt in veritate non fit ift(fus_, 
^uia tune nulla. eftfrafcriptto necefikria.jf. de F'fucupion. l.fecjMtur^ fi ex Una- 
Vnde minus tufius tituUis dat caufam prAfcribendi , fi adfit bonufides , vt iUe 
credat talerutitutum fi'ffîcere , & credat tradentem ejfe dominfum. 

Onpourrcit dire, mais le Pape au c.Si diligenti. De prafcrtpt. dit à l'Ar- 
cbeueîqucdePife , que pour fa prétention, pro iudicatu CaUritAno , il ne 
monllioit point de titre du Pape , Au^orttatem fedU ApofioLc^ , il fernble 
donc qu'il faut vn titre du Pape. 

Le Chapitre refpond, qu'au fuiet duquel on traitcoit (file mot au^trir 
f«j, eft prispour titre ) qu'il en falloitvndc Rome, par ce que ce ludica- 
tus Calaritanus ,aTppai:xenoiz adius&praprietatem B. Pétri : Mais encore 
onpeutbien dire que le Pape ne s'y attacha pas, puis qu'il adioûta , nec 
prafiiriptione alloua muniaris ,c\u\ feule vaut titre, fi elle eft légitime com- 
me l'on va faire voir au §. qui fuit. 

Si on faifoitinftancc, qu'au c. Auditis , 8c za c.Cùm eUmj De prefcript.Sc 
ailleurs dcdansledfoit, les exempts monftrenr leurs titres du Pape; On 
rcfpôdroit qu'on nelit poinr que les Papes en ayét demandé, mais on void 
qu'oidinairementilsont adiugéleschofesconteftccj à ceux qui auoient 
prcfcrit. Les titres des Papes font cxccllcns pour prefcrirc , mais d'au- 
tres pcuuent produire le mefme effet, comme l'on aveucy-deuanc. 

En cctendroitlaremarque cftbonne, quele titre eft requis pour pre- 
fcrirc , {Cùm erat in prtfcribendo , dit Innoc III. c. f^eniens. De préfcript.) 
priais non pour fc maintenir en ce qu'on a prcfcrit: & cela cftmamtcftc au 
c. Si dtligenti j im le Pape accorde que quoy qu'on ne monftre point de 
titre, la prefcription fiiffit, Necprttfcriptioney &«► Et en ce encore qu'il dit, 
^ue quoy qu'elle fuft bonne en mauuaife foy , l'Archeuefque n'auroit pe^ 
prouucrvnc prefcription décent ans,qui feule court contre l'Eglife Ro- 
maine. Ainfi eft il au c^^i/rcî^iw/wd. défia cotte, oii le Pape dit , Epifce- 
fum <]Uf pr<tfcrthit , iic. Oportet aUegare titulum , &cc. Nifitanti, &cc. Donc 
ie titre n'cft pas necclTairc à celuy qui a prcfcrit , comme l'on va voir 
incontinent. 



IF iiÉ ■illl II 



^' on fe^emàe fendre contre les Eitefques far Ufrefcriptionjèule. 

§ 5. 

C A V $ A 1 6. f . 3. c. I. i. 5, 4. des Euefques poflcdcnt des Eglifcs & 
ParroifTcs d'autres Dioccfcs par prefcription fcuicmct. On n'y parle point 
de titre en aucune manière. Aui.desDecrcialcs auTjf- 16. De pr*fcript, 
$. 6 . Ad Aures , ces paroles ( quoy qu'au fuiet de dixmes feulement ) font 
généralement dites , dcinremeliorejt ccndiHt foJJidtMtis ytjuia tfUAdragenX' 
Hipfétfci'ipfioomKemprorfujaSlitnem excludit. Et au c. 8. Illud. Ecdejîafepotefi 
Aduerfus EccUJîam tueri quédrAgeHAria temporis pyéfcripttoKt. Et fi de prttfcri' 
pt$9»emetAfHeritqutfiioyte(iesrecipidtbent.Onny parle point de titre. Et 
aux c. c. tyiuditis , & Citm olim , le Pape adiuge ce que l'on a prefcrit fans 
auoir égard à ce que portoit le titre. 

L,l/. i. Décrétai- Tit. j tf. De Relijr. dom.c.6.Co»J}itutus le Pape àk,rerùm 
itji EccUfiA ipfAfuiJfet aliquAndo EccUJia AlbanenfifubieEla , MoHafierinm 
vefirftm mhHomirttis légitima fe pêterAt prdfcriptftne tneri. On n'en auoit eu le 
titre que de l'Euefque. Làracfmcauc %-CùmdileBus , Sivobis conlliterit 
de exemptiont VE l legitimAprafcriptione ,tAm Abbatem tfudm AfonAjlerium ab 
impetitiç»e Epifcfpi AbfoluAtis. On ne voidpoint làde titreny de Pape ny 
d'autre. 

Aul./, Tit. J5. De priuil. c 14. Ciim «/«». lePapedit, QuiAparsfinSie 
CrHçis, necprAfcriptione nec defenfione alia, probAtionibus cofttrAfefaÙif, tbfiite- 
TAt : £ t plus bas, qnod in eapojfejftgne tAndinfuerAt libertAtis , quod aIUs etiAm 
teJfaMtibHsprAfrripjiJfet. Làmclinec. 17. Exore^CùmÀ tieutrAparPeJtt protstA 
;>rrf/cr/^r«.Commc{ilc5apccuft dit, rautoisiugé conformément à ce que 
i'aurois tcconneu qu'on auroit prefcrit> 

Toutcequ'onaditdelaCouflume au c. i.§. 5< fait à ce poinét. 

Aul. t.duSexte tif- ij. c. i.Epifcopum, la prefcription feule pour des 
Eglifes eft receuc du PipcyJttA»ti temporis prAfcripti» Allegettir cnim tentrarij 
memorÎA no» exifiat. 

Aul. j. tit.j.deprimleg.c.y. Cwffi^fr/â»^ «le Pape enfeigne comment les 
priuilegiez , foient Religieux ou feculiers , doiuent faire (î les Euefques 
les troublent (ùr leur liberté :& des trois moyens de defenfes qu'ils ont, 
fçauoir le titre ou priuilege feulement, la prefcription feulement, & le ti- 
tre & laprefcription enfemble ,il dit dufecond, Si AutemAdfHndandam in' 
ttntionemfHAmfitper huinfcemodi libertAte felummodo pntJcriptieHem CAMoni^ 
eam duxerintopptneudam , Scc. deprdfcriptitne hhiufmedifacere debentfidem. 

Cette Decretale a eflé allegucepar MonHeurl'Aduocat General du Roy 
dans la Grande Chambre du Patlementde Parisetv 1(2.6. aueclesreCctits 
du Pape Innocent VI. en la caufe du Chapitre d'Angers qui fe defendoit * 
pour fon exemption, contre fon Euefque, par fa prefcription immémo- 
riale feulement. L'Arreftquiintcruint au profit de ce Chapitre, eft atta- 
chéà laRequeftedu 30. May qu'on a produit au procez prcfent. 

LesAtreftsdu Confcil, dcsParIcmens&duGrandConfeil , fontfre- 
quensen cette efpece. Le Chapitre n'en a point voulu groflïrfa produ- 
(Sion , par ce que la connoiffancc en eft commune. L'Arreft rendu par le 
pyricmwnt de i^ansen 1641. au profit du Chapitre de faiii6b Martel lez 

C 



10 

Paris', attaché à la Requeflecy-defflis, peut faire voir la mefmechofcî 
mais on l'a produit pour vnc particularité (jui fctt au fuiet du ch. fuiuan t. 

ohieéHons deCAittheurdu. Fanant é' les Refoonfes du Chapitre» 

OtsiECTiON \. ku.\.i.àzsV>ectcx.%\c$tit.x6.Defr<ifcriftc. it. Cànt 
iftnliceatt le Pape commande à deux Prieurs d'obéir à leurs Prélats, ^r<- 
fcrtptfOKf temperis noMcbfiante. Etau c. i6. Cùmex offcij, le Pape veut que 
quiconque cft Dioccfain reçoiuefonPrclacenfes vificcs , & luy paye (on 
droii5tdeprocurc.Etaul. j.fi/. 59. Decenfibns, cfenerabili, le Pape veut' 
que des Religieux payent le mefmedroidl,quoy qu'ils ayent allégué. Ainfî 
au c. Acceàentes, Deprafcript- /.i.Donconnepcutprefcrireny exemption 
ny iunfdidiond'Euefquc. 

Le Chapitre rcfpoiid qu'il pourroit à bon droit nier la confequences 
Et dit,auec lesDodeurs duDroid>que route la difficulté confiftc en cecjr, 
Sçauoirfivn,DJoccfainpeutpre(crire obeïlTancej&c. cotre fon Prélat. Or 
ileftcertain,&:de ce qui eft rapporté dedans le i^&j §.de ce ch.Si déplu- 
fleurs autres lieux des Canons, que plufieurs^ qui eftoiéc des Diocefes, ont 
prefcrit contre leurs Prélats, obeïflance, &e. Tous les Interprètes difcnt 
que quiconque demeure dedans vu Diocefe, s'il a titre d'exemption, peut 
prefcrire. Et laprefcription légitime vaut titre, comme l'on a veu cy-de-^ 
uant, Scalemefmecffet. Les Sommaires des ce. 12. & 16. cottes, SuhM- 
tus nan prafcribitt &c. Subdttits nav pr^t/lribit j Scc, le difcnt. Lee. Cùmdii 
/(f^«j,(:/^^^//g«9/w«^o»?/^«/,deria allégué cy-deuant peu tfeul faire tout voir. 
Làvn Abbé d'vnMonaftcrccxépt circonuenu.parrEuefquGjluy auoit rc» 
promis obeïiïance. Le Papecomet & mande auxCômi/Tairesi^y confliterit 
de exemftione , v E l légitima j)rafcriptigne,t(tm Abbatem éfitkm AfonaJleriMnt 
Abimpetitione Epifcopi^bfalMatis.Q^apteCcïit l'obeilTancc a tout prefcrit, 

Auc. Cùmex officij-,\cs^:^zo\zs, Si ijuid alittd icc. 5<.\z nijî alitid & ratien*' 
hile oflenderint du cVenerabtit , font bien voirque la vifuc & procure font 
fuiettesàprefcription.Etle c. SopittjDe Ceuftbus, le fait voir pleinement, y 
comprife l'Addition d'vn plus long Tcxtc^qui eft en l'imprimé à Lyon an, 
léoj.quc voicy: FndenullumpropanefttaprmtlegiHm RomArm. EccleJiiCiVe( 
RauenTiatisexhibuft,necofiendftperlonii^amconfuet»dwem (cccy fait voir en- 
corcj quclc tirrcd'Euefque & laCouftume donnentpriuilegei conimeToa 
a dit au§. 2.& 3. Ani.c.) femunitHm. Pour ces mots du c. Cùm non liceat, 
frafcriptitne temporisnon obflante, les Interprètes difent qu'il les faut enten- 
dre de /*«^<»y>c««^«»;/c_2-f/,>»o«df(;/#«^yj/^ffj/«. Le c.Accedffites, eft des Légats 
du Pape qui fcul en diipofe comme bon luy femble. Monlîeur l'Euelique 
delain6l Malovifitc fon Chapitre & fait tout ce qu'il veut en laiurifdi» 
âion dedansla ville, en tout le temps qu'il hiy pliift y cftrc. 

Obiedèion 1. Ily a graud nombre de chofesdedansle Droiifî: qu'on ne 
prefcrit point, comme les limites des Diocefes & Parroiflés ., ledroiâ: de 
fjonncr le Puliium aux Archeuefques , faire les Ordres , les Confecra- 
tion$,&c. ^ 

OnrcfpondqiiecctAutheurcn poinioitcotter vingt-fix de la Glofefur 
le c Climnonliccat : &c qu'ily pouuoit \iïc^Intellige.dtU»ga[^ pr'ffcrittitn*^ 
fetundùm leges , nan lengiffmH' 



Il 

Quant eft des limites, onles peut prcfcrirc fi elles ne font bien dcfignées 
&reconncnës i(î. q. je. <$.vn peu après le milieu, ^«ài^/t/<wf/, &:c. Don- 
perle /'w;7*Welt vn dioid Papal. L^s quatre premiers Patriarches ont 
pouuoiv dele donneràleurs Suffragans ^ aptes î'auoir rcceuduPape, c. 
AnticjHtil. ^.Decreral.tit.i^-Deprtuil.dccS'ûslepcaacnt prefcrirc ou non, 
le Chapitre ne s'en met pas en peine. Pour l'ordination & confecrations. 
Au c. ^ijual-i. Décrétai, tit. ^o. DeCeuJecratione Ecclt/i£,\cVa.pc dit, que 
rEuefque ne peut commettre ^m£ funt ordinis Epifcopalis à perfonncs i«fe- 
riorts^radus : mais qu'il peut commettre à d'autres , qM£ inri/diâinnis exi- 
fiunt. Cclles-cy fontprefcriptibles , comme les fainds Canons difent. 

Tye l'exempion du Ch.ipitre de SainH Malo, 
Chapitre III. 

LEsSainfts Canons rapportez cy-delTus ,5c autres fontvoirqucnon 
feulement le Pape, mais auflî lesEuefques &laCoaflume, (les Papes 
l'ont ainfi iugc) donnent Pnuilcgc, Exemption & luriididion. L'Au- 
theur duFaâum.furJebruitdp la validité de la poficfllondu Chapitre, 
qu'on conccftoit , a fait courir par clcrir , Se paroles, dedans le Conleil 
încfme, qu'en nul temps on ncpouuoit pretendte d'eftre exempt, fi on 
n'en failoit voir titre du Pape. Le Chapitre auoiie qu'il ne peut montrer 
fon premier titre, ny defigner le temps dedans lequel il a cfté perdu ou 
pris. Les premières procédures de Monfieur l'Euefque eftoient plus rai- 
lonnables. Cette nouuellebrotiillerie,&la fcience des Canons font bica 
oppofées l'vne à l'autre. 

,^e le chapitre de S. M.4o efi exempt de la lurifdi^ion Epifcopde, 
l' Eue/que abfent de la Ville. ^. i. 

I. L A Tranfa6lion de 1119. pofterieiircau decez du premier Euefquc 
de Sain£t Malo , de 49. ans feulement ,& autre de ijjô. quiafleurcquela 
précédente a eftc confirmée à Rome , S>c porte , comme l'autre , que 
l'Euefque abfent de la Ville , le Piieur { c'eftoit lors ce qu'eft le Doyen 
maintenant) IttrifdiBionem per fe vel per Cleyieâs,ôcc.exercebie. lointes à 
l'Arreft du Confeildu Roy , en ij^ô. qui maintient le Chapitre en tout 
fexercemsfft de la IurtfdiElio»(^ Adminijiratiûn de toute [a chofe publt^ae } 
&confiderée5 auec le témoignage public des Habi tans delaVille,en 136 1. 
que de plus loingque de mcmoife d'homme, l'Euefque abfent de la Ville, 
«mnimoda iHrifdtElie , in f^iritualibus^^ temporaltbus ,fpe^(iret ^JpeElat ad 
Decanuru (^ Canonicoi^dont lapolTcfTiona continuciulqu'à ce procès ; font 
Voir que le Chapitre a pofTedé pleinement, indcpendimenr des Euefqiiej, 
lalurifdiftion fpirituelle en la Ville de Samèl Malo , l'Euefque abfent, 
plus de quatre hecles : voire (comme l'on peut dire railonnablement , 
puis que CCS Tranfadions fuppofenr vn plus ancien droit ) des la naif- 
fance de cette Eglife. Après cela, difputer fi le Chapitre eft exempt , l'E- 
uefque abfent delà Ville ,n'cft.entreprifc que de préoccupation d'efprit. 

1. Outre ces tranfaâiions ,qui font titres fuffifans pourpofleder ce, 
dont elles fontmencion.&confequemment pour lepredrire, comivcroi-i 
apû voir des Canons alléguez cydcflu»iLe Chapitre eft fondé en Scn- 

C ij 



rt 

tcnce contradidtoirc donnée en 1459. ( fous compromis de rEuefqucfc 
Chiphic,) vijts Itteris ('qui peut dire qtic le premier titre n'y eftoit pas?) 
monimentis & documentis. &.'c. c^ audiiis teflibus; dedans laquelle on lie 
qu'au Chapitre, l'Eucfque abfent, appartient cadet» lurifdidrio [piritHdlis 
ê^ f^w/'urrf/tV , qui appartient àTEucique prefcnt ; &qu'il l'a auec pouuoir 
d'e n V 1er , fff medo tjno D»minu! fuceret , ^fAcerc cenfutuit eo frefente , rati- 
fiée par la tranfaûion de iéi7. entre lEue(quc& le Chapitre, aueccon» 
fentement de rEuefque,d'en vfer comme au temps palTé.Cela eftant, com- 
me il eft.qui peut douter fi le Chapitre ell exempt rEuefquc abfent; Com- 
ment peut on prétendre que le Chapitre foit fuiet àlalurifdiétion del'E- 
Bt-fqueen la Ville, dedans laquelle il n'en a point; LeTff. De Arhit.AM l. 
des Décret aies, fait voir que l'on a pu compromettre en tel fuict. 

}. Dedans les Canons ceux qui ont pofTedé plene itère t ou qai onr 
obtenu, cjuiàquid iuris [^licuhi'j Epi/copus habebat , ou qui ont prefcrit 
legitimenienE,fonr exempts, comme l'on a pu voir cy-deuant dedans le 2, 
cOr le Chapitre a toujours eu toute & mefme lurifdidion dedans la Vil- 
le , enl'abfencedel'Euefquc.que l'Eucfque y a lors qu'il eft prefent : Et 
l'Eucfque n'y en a point lors qu'ileft abfent. Donc ( parium par r^tio efi ) le 
Chapitre de SaindlMalo eft exempt , l'Euefque abfent. 

L'AutheurduFadum, obicde quc,celaeftant, le Chapitre eft exempt 
& non exempt. Le Chapitre refpond qu'vn homme peut eftrc affis & de- 
bout. Cet Autheur ,trauailIantàcctteobieâ;ion,&autrcsqu*on verra au 
§. }. nepreuoyoit pas qu'il deuft profeiTer dcuant nos fufdits Seigneurs 
comme il iit,que le Pape a pu donner tel priuilcgc. Car en rhypothcfc,que 
le Pape Teuft donné, il cuft lugé ( fi fa préoccupation n'eftoit trop violcn=- 
te) que ce qu'il euftobieâé , il l'euft dit contre le Pape. 

Les Sainds Canons font voir d'autant ou plus grandes contrarierez de- 
dans d'autres priuileges, qu'on n'en peut remarquer en eettuy-cy. Au 
fit. De prafcript. l. i. Décrétai c yinditis, & cCum olitn, déia citeZj les pri- 
uilegicz (ont touhoufsfuiets & toujours exempts enfemblc: Suietspour 
ce qu'ilsn'ont pas prefcrit. Exempts pour ce qu'ilsont prefent. Et dedans 
le 5 , 1. des Décrétai, tit. 33. De prtuil. c. 1 6. Cîtm CdpelU,\t% priuilcgiez font 
exempts en vu lieu & fmetsen vn autre. Etauc. Exore y\n Monafterc eft 
pyprfns exenptHm in captte ,ftii>teilftm in ntembris. Et au c. ^^Honiam, les 
priuilcgiez ne peuuent cftre excommuniez par l'Eucfque en certains 
lieux,& le peuuent eftre en autre. Etauc. Si Papa tit. j. De priuil. i» 6<. 
Apres plufieurs différentes formes de priuileges , qui y font , le Pape fur la 
iînduc. dit .- His enim drjtmthhus cajibus ^c m certts priuilegiati articuhs^ 
trdin/iriorHm lHrifdi5iiom quantum adalia funt fubieSli L'Arrcft donné 
dedans le Parlement de Paris, en 1e41.au pcofit du Chapitre Sainâ: Mar- 
cel lés Paris, fuiet de Monlîeut l'Aicheucfquc inreruenant & débouté, 
/'cet Arrcft eft cotte cy-deflus^ fait voir lamcfmechofc. 

Le Pape PieU. veid& reconncutcc priuilegeen 14^0. fur yne Reque» 
fte duChapitre qiu inquieté,en procez, par l'Euefque, le luy reprefent a tel 
qu'ileft. Et tant s'en faut qu'ilytrouuaft à redire, que mefme il delcgu* 
l'Euefque d'Ancone pour recounoiftrc,inform.ition faite, s'il eftoit ainft 
comme la Requefte portoit : à dcftein , cela eft.uit vérifié , de griitifier !e 
Chapitre, & de faire celTcr le trouble Cclafuf.Etkproccz vcfbildu Dé- 
légué 



Icguc fignjfic à. l'Euefque en n'en parla plus. L' Adc de cç fait eft au proccc 
aucc Us tranfadions & autres pièces cy-dcuant citées. Le Fadum da 
Chapitre les fait voir en abrégé en l'art. 5. page 21 ,5cc. ■'■/■ 

Le Chapitre de Mayencc a tel priuilege queceliiydc fainftMalo. Onl'i 
fait voir parvne copie publique des articles fignez par Monhcur le Duc 
d'Anguicn, lors qu'il entra en cette ville là, l'ayâ: forcée de fc rendre. Mais 
encore; quoy qu'il n'y euft point de priuilege fcmbiablc au monde, cettui- 
cy a peu eftrc, (l'Authcur du Faâum mefine l'auouc) comme ileft. Leprc- 
mier detouslespriuilegesn'auoit point de fcmbiablc. 

L'Authcur du Fa6kum a touché vne nouuclle difficulté .fçauoir d'où 
relcuoientlesappellationsdesfentences de l'Officialdu Chapitre. L'en- 
qnefte de l'Abbé de fainft lacut fait voir que trois témoins interrogez 
furie 14. art. des faits du Chapitre rcfpondirent, c^ne/cientidus , -videHtibut 
Gr»on ccntradtcentibui demtnis Efifcopts , &cc. on en z^^tWon ad M etropoli' 
taftum , freut 4 dt^o demino [ Epifcopo] fieret. Er vn de ces témoins an que 
luy-mcfmc l'auoit fait. L'vfage en a continué iufqu'à ce procel. 

obieBions de l'i^utheur duFacfiim,é' lesrefponfes du Chapiire. 

§. 2. 

Cet Authcur, en communication deuanr nos fiifdits Seigneurs du Con- 
feil, cncftala (fous le nom de raifons^ vn gros nombre. Le Chapitre réduit 
les plus notables en deux Claflcs. Les vnes font contre les priuileges;les 
aurres contre ce priuilege. Cclles-cy paroiftront au §. 3 . 

Obicdion I . Qne la lurifdidion des Eucfques eft de droid Diuin Euan- 
gclique.La2. quelespriuilcgesdcfuniflcnrrefpoufe d'auecl'efpoUXjfça- 
uoirle peuple d'aucc l'Euefque. La 3.querefpoufc endeuient veuue, La 
4. que par les priuileges on luy arrache les membres. La j .qu'on ofte le bé- 
néfice au plus digne. La û. que les Chapitres ne font pas capables de lalu- 
rifdiâiondesEuefques. Lay. que par les priuileges ladifcipline eft ener- 
uée. La 8. que les priuilcgiez receuant les Ordres de l'Euefquedu Dio- 
ccfe, luy font vne fauiTe promefie d'obeïffance. 

Le chapitre refpond,qu'ilauoit aflcz fatisfait àccsobieâiions & autres, 
contenues en la Requcftequiluy auoit eftéfignifiéele jo. Aouft 1645. P^^ 
la fiennc du 8. Noucmbre fuiuant. 

La ï . ne peut feruir à cet Autheur , en ce fuiet', que pour cette confc- 
qucncc , Donc ( inuiolable' qu'cft le droit Diuin ) quiconque foie 
( Pape ou autre) qui exempte les Dioccfainsde la lurifdidion des Eucf- 
ques, ou la donne à d'autres, rompt l'ordre de Dieu. Le c. TrAttfmif- 
fam, ^De EleEl.& EleB. potejî. l. i. Décrétai, fait voir que pour exercer 
laIurifdiâ:ionEpifcopale,c'eftafrez à celuy quicft élcu pour cfttcEuef- 
quc, fi fon cledion a cfté confirmée par lcPape,quoy qu'il ne fuftpa* 
facré, & n euft aucun pouuoir dedans leschofes qui font ordinis Epijfco- 
fulis. Si la lurifdidtion des E ucfques, & leur vnion auec telle ou telle Egli- 
fe,tant& telles Parroiflcs, eftoitdc droit Diuin abfoJumcnt, nulEucA 
que ne pour roi t changer defiege ,ny le Pape en donner difpenfc, à moins 
de trcs-bien cognoifttequeDieulc veut.Ôn change ;Le Pape difpenfc/. 
f . uL, i . Dtcrtul, de TrArtfat. Epifcopi , 5cc. 

D 



14 

X* i; iJifonn'eftpasdel'EfcricureSainde.Dieu en faneur clerEglife'y: 
dir (Ofiéi.) Sfofahote mihi: & elle l'appelie encore y^poc.ii .StonfamAgni, 
mais non d'autre. Quelques Canons ou Dccrctales vfenc deîacon-parairJ 
fon de uiary& de iba cipoufejy. cj. i . La. Décrétai. De Tranflae. Epi/lop- 1. 
intercorporalta ,& c. licet :, mais c'eft pour cmouiioiï lesEue/qnes à I'a-1 
inour inuiolable & pcifeuerantc conduire de leurs Diocefains ;&; ceux- 
cy.à l'amour & robeiirance de leur Prélat. Celafcvoid au c. Stcutvir-/.- 
«y. I, Et on y lu, fur la fin, que lesDiocefams doiucnraymer lcU'cPrclar,.i>e 
ie^atum Dei & praconem verttatis. |Lcs texces des Percs qu'on a cicez, 
ipuchintla defuuion des peuplesd'auec les Euelques, font contre des 
SctuGnatiques ou Hérétiques. La diuerfuédes Dircûeurs ne rompt pas 
la Foy. Les Priuilegiez ne paffcnt en aucun endroit pour Hérétiques , ou 
Schiïmatiques.La policcde rEglilè, par l'ordre melme des Conciles ».ap:: 
j>.atticni \)iiacipalcment au Pape- tw t-5 

Les 5. 6c 4. raifons, font des dépendances delà première & féconde. -La*, 
folutionde cesdeux là, font aflez voirla foiblc/le de ces deux cy. La.j.' 
tirée duc. 3. De iurepatroyiatus ,ia.\ivo\.t aux CoUateurs des bénéfices ce 
qu'ils doiuent fane. Le Pape ne doitpaseftr.e accufc de donacr des Pri- 
uilegesfans caufe. 

A la<î. le Chapitre refpond que fi cet A ui heur vouloir maintenir cette 
propofition comme telle, on luy oppoferoit le c HisqHA , &:le c. Cùm 
çlim de ^JM(x:or. ô" ohed L i . Décrétai. &C le c. ad abolendam de htreticisl. $. 
qui font voir que les Chapitres ont telle lurifdiction tcVc^ticcm fede va- 
ca»(e; Le clrrefragchtli. le c.Ciim contingat,S<c.h\(z^c de tels Priiulcges.; 
& encore luy [Autheut]àluy melme, qui accorde ( comme il doit fauc) 
que tout Prcftre en efl: capable. Les Chapitres priuilegiez laibruexer-j 
^•erfuiuant l'ordre du droit. ■ 

La 7. raifon porte droit contre le Pape. Les ordres des Religieux 
exempts 5c autres Priuilegiez , font publique piofedion qu'elle cft 
faurte. A la 8. les ptiuilcgieï lefpondent qu'ils ne promettent d'obeïc 
qu'en ce qu'ils doiucnç, 1 

Autres Ob'iecHon4 de cet Authcur, & Us rcfp&nfes du chapitre. 

.§. .3- 

•Lai. qu'il n'y apoinc de priuilege fcmblable. Le Chapitre refpond 
qu'on void peu de priuilegcs femblables. Le Pape PielLarccogniicct- 
tny cy ,& approuuécommc l'ona vcucy-dcuât.LeChapitrc deMayen- 
ccjcn a vn.dc mefme. Et l'Autheur auoiie que le Papel'apeu donner: 
,quoy qu'il en parle comme s'd ne l'auoit peu faire. ' >'*"',. 

La 2. que l'Eglifc d S. Malo change d'efpoux, l'Euefque fort'ant'de 
JaVillC) ou y entrant. Le Chapitre reipond que cette obieftion a fa fo- 
lution, ded.ans celle de la 2. raifon du précèdent §. Dieu, Ofe£ i. dit 
à l'Eglifc , Sponfabo te mthi infemptterntim\ & redouble difant , Sponfab» 
te mihi i» fide , pour faire voir qu'il demeure fans interruption auccles 
£dels, fi la foy ne manque. i:fc i:; 

La j. qu'elle cft tantoft veuuc, tantoft ne l'cftpas. LeChapitre refpond 
que cette ebicûionfe refout en mefme façon que laprecedcnte. Les Con- 



.^^^.■-1-T B j a 



'5 . - . . 

cilcs ou Canons, qui appellent l'Eglife venue , pour rabfencejdesEuef- 
ques, Icfoncpour leur rendre fenfible l'obligation qu'ils oncdel'affî- 
fterà toute heure. 

La 4. qucI'Euefquc efttantofl Euefqiie , tantoftle Chapitre Tefl:. Pou- 
tifex v»ius annt. comme an Pontificat des luifs: voire, dit l'Àiithcur, vnius 
/;û>-i<,d'vn quart d'heure & moins s'il y cfchet; Autant de fois par iour 
qu'il pafTe au delà d'vn petit ruilTeiu , proche de la Ville , où qu'il le re- 
palTe pour entrer en Ville. Le Chapitre refpond que cette obicdt. efl; vnc 
purcbadinerie. Les Priuilegiez ne prennentpoint qualité d'Euefque.Pfiw- 
tifex vriiushom. Le Pcntifc desinifs ne quittoit point la place pendant fou 
an. Le Chapitre de Sainâ Malo fe déporte de tout àlaveuë de fon Eucf- 
que. Ona faitvoir dedansle i.§. de ce ch. qu'en plufieurs Pnuileges fe 
trouuenc autant ou plus grandes contrarietez qu'en cetiuy-cy. Ce ruïf- 
feaufert de bornes de la Seigneurie : mais la ciuiiiiédu Chapitre va plus 
loing pour l'honneur de fon Prélat. Et on en atoufiours vfé en relie ibrcc 
qu'aucun des Eucfquesnc s'en eftplainr- 

La 5. que dedans les Bulles de la Tranilation du Siège d'Aleth enSainift 
Malo , on y \it faliia. Epifcopi Cayionica iuftitia- Le Chapitre refpond que 
cette obieû. ne fait rien contre ce Priuilege. Et mefme ces Bulles & luy 
font compatibles. Le Chapitre ne void point fon Euefque fans loûmif- 
fion à fon obeidance. 

La 6. que les Oiïiciaux& Grands Vicaires de l'Eglifc d'Aleth y agif- 
foient à l'ordinaire. Le Chapitre refpond que cette comparaifon eft inu- 
tile : Et l'Autheur ne peut dire quelle cftoit la Difciplinc de l'Eglifc 
d'Aleth. 

24onJieur A M E L o T , R<jf porteur. 



D i|j 



. ^-■■^■■ZS'»'*. J-» ff- _>_^